19/11/2020

Le programme européen de coopération territoriale INTERREG parle de notre projet EGAL-URG et de son hôpital mobile dans sa rubrique “Interreg Highlight”.  

Poctefa vous a traduit l’article de Laura Belenguer, membre de l’équipe Interact, en français, dans les paragraphes suivants. Si vous voulez lire la publication originale (en anglais) cliquez ici.

hospitalNotre hôpital mobile est unique en Europe et peut être déployé en 20 minutes sur n’importe quel site”

Sophie Mourgues et Vanessa Houzé-Cerfon, du Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse (France), expliquent comment les projets européens ont aidé à lutter contre la pandémie dans la région. « Nous avons actuellement 29 initiatives européennes actives en cours dans notre hôpital » soulignent-elles.

L’Europe voit une résurgence de cas de COVID-19 mais cette fois, les régions sont mieux préparées et ont les moyens de répondre à la crise plus rapidement et de manière coordonnée. De nombreux organismes et institutions européennes à travers le monde voient dans les projets européens un autre outil à leur disposition quand les hôpitaux sont submergés et les ressources médicales épuisées.

Sophie Mourgues et Vanessa Houzé-Cerfon appartiennent à une de ces institutions, le Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse (cité sous le sigle CHU), et font face à cette pandémie au quotidien. Sophie est à la tête de « l’équipe Europe » qui fait partie du service Recherche et Innovation du CHU, un pilier aujourd’hui essentiel pour trouver des solutions innovantes face à la COVID-19. Vanessa est coordinatrice de recherche clinique au Service d’Aide Médicale Urgente (le ‘SAMU’) et est aussi la chargée de projet pour EGAL-URG, un projet européen de coopération mené par le professeur Vincent Bounes que nous détaillerons dans les prochains paragraphes.

Concentrons-nous sur l’innovation, pensez-vous qu’il y a eu des initiatives innovantes dans votre hôpital pendant la première vague de la pandémie ?

Oui bien sûr. Lorsque tout a commencé, une « cellule de crise COVID-19 » a été établie au sein du CHU afin de centraliser et de coordonner toutes les idées pour la recherche clinique ou bien l’innovation technologique. Au total, plus de 90 projets ont été développés, grâce aussi à la réponse donnée par l’équipe médicale du CHU face à la crise.

Un de ces projets est EGAL-URG, financé par le programme européen de coopération POCTEFA. Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste le projet ?

Il a pour objectif de faciliter l’accès à une assistance médicale d’urgence pour la population. Dans ce but, plusieurs actions sont sur le point d’être menées: un congrès international pour les urgences et catastrophes sera organisé tout comme des ateliers en France et en Espagne. Le projet développera aussi des exercices pour être prêts lors de situations de crise et des formations communes comme un Master Européen pour la Médecine de Catastrophe. Des directives internationales seront également rédigées grâce à une revue exhaustive des dispositifs sanitaires établis pour les grands rassemblements européens de plus de 100 000 personnes.

Et plus spécifiquement, en quoi l’innovation est-elle liée au projet EGAL-URG?

Les outils innovants de communication et des plateformes informatiques seront développés, comme par exemple un registre commun pour les personnes victimes de traumatismes graves ou bien un répertoire opérationnel des ressources sanitaires transfrontalières. Un hôpital de campagne a également été conçu pour être déployé à l’intérieur de la zone transfrontalière sur des grands rassemblements ou en réponse à une catastrophe. Il s’agit d’un shelter, comprenant 5 cellules équipé de matériel médical pour prendre en charge 18 patients en urgence et est transportable sur un camion.

C’est fascinant ! Dites-nous en plus sur cet hôpital mobile. Comment l’appelez-vous ? Comment aide-t-il face à la crise de la COVID-19 ?egalurg hopital

Nous l’appelons par l’acronyme UMPEO, pour ‘Unité Mobile Polyvalente Europe Occitanie’. Il pèse 18 tonnes et fait 70m2, il est chauffé et climatisé. Il traite les patients séparément et a même de l’eau, de l’électricité et des réserves d’oxygène. Il peut aussi générer son propre réseau téléphonique et Wi-Fi. Cet hôpital mobile est unique en Europe et peut être déployé en 20 minutes sur n’importe quel site avec un terrain plat de 30 mètres de long.

Cette unité a-t-elle déjà été installée quelque part ?

Oui, elle a été déployée en Septembre 2020, durant une période test de 3 semaines, sur plusieurs villes du département transfrontalier de la Haute-Garonne: Luchon, Saint Beat, Saint Gaudens, Aspet, Boulogne sur Gesse et Salies du salat. Par ailleurs, l’hôpital mobile a été utilisé pour réaliser des dépistages massifs de la COVID-19, jusqu’aux populations les plus isolées. Certains réservistes avaient été mobilisés par la préfecture de Haute-Garonne et l’équipe du SAMU31 a été formée à la prise en main délicate du shelter. Au total, 1322 prélèvements ont été réalisés pendant le COVID tour.

Diriez-vous que les projets européens de coopération représentent une opportunité quant à la gestion d’une crise comme celle-ci?

Absolument. C’est pour cela que le Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse est aussi impliqué à l’échelle européenne et a actuellement 29 projets européens actifs. Dans notre vie de tous les jours, nous, « l’Equipe Europe » soutenons et assistons les enquêteurs qui travaillent sur ces projets financés par la Commission Européenne. Globalement, nous informons sur les opportunités financières que l’Europe et la coopération inter-région offrent, nous assurons la gestion administrative des projets selon les exigences des fonds européens et garantissons que les compétences soient liées aux services de l’hôpital pour remplir nos objectifs.

TEMOIGNAGES

Mr Jean-Philippe Durieu – Président de l’association des réservistes

« Le fait d’apporter un service sanitaire dans des zones dépourvues d’accès direct au dépistage a rassuré les habitants. Ils étaient contents d’être pris en compte par une structure détachée du CHU de Toulouse sur leur lieu de résidence.»

Mme Hélène Verchere – Infirmière bénévole

« Ce qui m’a frappé, c’est la mobilisation et la participation massive des citoyens lors de ce covid tour. Les gens ont vraiment compris l’importance de ce dépistage et se sont montrés très respectueux. ».”

Mrs Jennifer Courtois-Perissé – Maire de Rieumes

« La présence de cet hôpital mobile dans notre commune a permis de sensibiliser la population de façon plus importante et cela les a incité à se faire dépister plus spontanément que dans une structure classique de prélèvement. »

Comment cette unité mobile fonctionne-t-elle ? Regardez cette vidéo!

Si vous souhaitez en savoir plus sur le projet, rendez-vous sur le site internet du projet EGAL-URG.

Et encore plus d’informations sur le site de POCTEFA